Maroc: toutes les activités de l'Office en liaison avec la production d'énergies renouvelables

  • 07 décembre 2020 / Analyses / 121 / Fares RAHAHLIA


Maroc:             toutes les activités de l'Office en liaison avec la production d'énergies renouvelables

Une convention sur le transfert à l'Agence marocaine pour l'énergie durable société (Masen) de toutes les activités de l'Office en liaison avec la production d'énergies renouvelables a été signée récemment entre les deux parties. Amin Bennouna, professeur à l'Université Cadi Ayyad et directeur du projet "Monographie de l'énergie au Maroc" livre à la MAP sa lecture des objectifs à atteindre de ce transfert ainsi que les moyens à investir à même de faire réussir la stratégie énergétique 2030.
Quels sont les objectifs à atteindre par ce transfert ?
En tant que groupe chargé de piloter les énergies renouvelables au Maroc, Masen ne possède aucune grande centrale de production d'électricité puisque tous ses grands projets réalisés sont possédés en parts majoritaires et exploités par des opérateurs privés dans le cadre de PPA (Power Purchase Agreement) de long terme. Ainsi, le transfert des actifs de production d'électricité d'origine renouvelable à fin 2019 qui concerne 1.995 MW de capacités de production électrique, soit 37% de ses capacités propres et 18,4% de celles du pays, sera accompagné d'une part du personnel de production de la branche électrique de l'ONEE (estimée entre 20 à 30%, soit 350 à 500 agents de l'ONEE - Branche électricité). En 2019, les capacités objet dudit transfert ont produit 2.237GWh (24,5% de la production ONEE-BE et 5,5% de celle du pays). La production d'énergies renouvelables est une activité très capitalistique et ce transfert va donc asseoir MASEN sur un patrimoine industriel conséquent, tout en allégeant l'ONEE-BE dont la culture, plutôt "old school", n'a jamais été enthousiasmée par la variabilité de la production d'électricité renouvelable. Pourtant, l'ONEE-BE continuera à faire face à cette variabilité en assurant, dans son centre de dispatching, la mise en œuvre de capacités de production assurant l'équilibre instantané entre offre et demande d'électricité, mais on ne pourra plus l'accuser de ne pas inciter le développement de l'électricité d'origine renouvelable puisque ce sera à MASEN seule de le faire et en sera donc seule comptable.


source: Libération

Analyste: Amin Bennouna

Professeur à l’Université Cuddy Ayad et chef de projet de « Monographie énergétique au Maroc »....

A voir aussi