Tunisie : La Banque Mondiale réaffirme son soutien à la Tunisie

  • 20 décembre 2017 / Actualité / 257 / Africa-Bi2


Tunisie : La Banque Mondiale réaffirme son soutien à la Tunisie

En marge de sa visite actuelle en Tunisie, Omar Bougara, Directeur exécutif, membre du Conseil d’administration à la Banque Mondiale(BM), s’est entretenu, hier, avec Zied Ladhari, ministre du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale.

Cet entretien était axé sur l’état d’avancement du programme de coopération entre la Tunisie et la BM, ainsi que l’augmentation du capital de ladite banque et le programme d’appui aux réformes.

A cette occasion, M. Bougara a renouvelé le soutien de la BM à la Tunisie, et ce, afin qu’elle concrétise ses programmes de développement, notamment, la réduction des disparités régionales et l’appui au secteur privé, en tant que générateur de richesses et d’emplois.

Pour sa part, M. Ladhari a exprimé sa satisfaction de ce partenariat de haut niveau entre les deux parties, passant en revue les réformes mises en place par le gouvernement d’union nationale, destinées essentiellement à accroître le rythme de croissance.

Dans ce sens, il a indiqué que son département a lancé un plan d’action supervisé par un comité de pilotage interministériel, ayant pour objectif d’améliorer le rang de la Tunisie dans le prochain rapport de Doing Business.

Le ministère veille également selon ses propos, à édicter une liste négative des activités économiques soumises à autorisation, visant à libérer le potentiel économique et booster l’investissement.

Il est à rappeler que lors des réunions annuelles de la BM, tenues du 11 au 15 octobre 2017 à Washington, une convention de financement a été signée. Il s’agit d’un prêt de 52.7 millions d’euros entre la République Tunisienne et la BM. Ce montant est à rembourser sur 30 ans, dont cinq ans de grâce, avec un taux de remboursement de 1%. Il sera alloué à l’inclusion économique des jeunes dans les gouvernorats les plus défavorisés comme Jendouba, Kasserine, Kairouan, Siliana, Manouba, puis dans un deuxième temps à Kébili et Sfax.



source: L'Economiste Maghrebin

A voir aussi