Tunisie : l’Allemagne promet 465 millions d’euros, sous condition d’ouverture économique

  • 06 décembre 2017 / Actualité / 32 / Africa-Bi2


Tunisie : l’Allemagne promet 465 millions d’euros, sous condition d’ouverture économique

Entérinant son entrée dans « Compact with Africa », la Tunisie a signé un accord avec l'Allemagne, avec 465 millions d'euros à la clé sous condition d'ouverture aux investisseurs étrangers.

En marge du Sommet UA-UE à Abidjan des 29 et 30 novembre, la Tunisie a signé un accord avec l’Allemagne qui entérine l’entrée du pays dans le programme « Compact with Africa », avec à la clé un financement de 465 millions d’euros sur trois ans. La première tranche – 165 millions d’euros – aura pour vocation de soutenir les réformes de la Tunisie dans le secteur financier, la banque et les finances publiques, la promotion des investissements et le soutien au financement des PME.

Un programme destiné à limiter les départs de migrants

« Compact with Africa » est un mécanisme de coopération initié par l’Allemagne lorsque le pays présidait le G20, en 2017, et lancé officiellement lors du sommet à Hambourg, les 7 et 8 juillet dernier. L’objectif affiché du dispositif est d’accroître les investissements privés à destination du continent, afin de « favoriser une croissance durable des pays africains ».

« Le développement économique doit suivre le rythme d’une croissance rapide et s’accélérant de la population pour créer un futur convenable aux jeunes et ainsi réduire la pression migratoire », expliquait un porte-parole de la chancelière allemande, en juin dernier.


>>> A LIRE – Infographie : quelle est la politique africaine d’Angela Merkel ?


Outre la Tunisie, les autres pays du continent ciblés par ce dispositif sont : le Bénin, la Côte d’Ivoire, l’Égypte, l’Éthiopie, le Ghana, la Guinée, le Maroc, le Rwanda et le Sénégal.

Conditions : libéralisation et assainissement des finances publiques

Pour avoir accès aux financements promis dans le cadre de « Compact with Africa », la Tunisie s’est engagée à mettre en place un programme de réformes en lien avec les instituions financières internationales (FMI, Banque mondiale…) favorable aux investissements étrangers.

Ce plan comprend des mesures destinées à rétablir la situation des finances publiques d’un côté et à libéraliser l’économie tunisienne, se traduisant notamment par un nouveau code d’investissement et une loi sur la concurrence.

Depuis la révolution de 2011, la relation entre l’Allemagne et la Tunisie se renforce, avec une montée en puissance de l’aide allemande, qui est passée de 37,5 millions d’euros en 2010 à 290 millions en 2016. L’Allemagne est le troisième partenaire commercial et investisseur étranger de la Tunisie, après la France et l’Italie.


source: Jeune Afrique

A voir aussi