Sénégal:Casamance – La Banque Mondiale finance un projet de 74.000.000 de Dollars pour le développement du tourisme

  • 03 décembre 2020 / Actualité / 206 / Emerging Africa


Sénégal:Casamance – La Banque Mondiale finance un projet de 74.000.000 de Dollars pour le développement du tourisme

Le Sénégal en partenariat avec la Banque Mondiale viennent de financer un projet à hauteur de 74.000.000 Dollars US pour le développement du tourisme en Casamance

Piloté par la SAPCO-Sénégal, cette dernière a entrepris de réaliser une étude pour le développement de zones touristiques intégrées dans la région de Casamance, plus précisément à Kafountine et/ou Abéné. La réalisation de cette étude, à en croire le Directeur régional de la SAPCO Mamadou Diédhiou, «est inscrite dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Développement du Tourisme et des Entreprises (PDTE) dont l’objectif est de créer les conditions nécessaires à l’augmentation des investissements privés dans le tourisme dans la région de Saly et au développement renforcé des entreprises au Sénégal. Le projet est financé à hauteur de soixante-quatorze millions (74 000 000) de dollars US par l’Etat du Sénégal avec le concours de la Banque mondiale.» Le Directeur régional de l’antenne régionale sud de la SAPCO poursuit ; «la composante 1 de ce projet soutient le développement du tourisme et à ce titre prévoit la réalisation de plusieurs études dont celle relative au développement des zones touristiques intégrées de Kafountine/Abéné dont les travaux sont en cours. L’étude est menée par le Groupement Horwath HTL/ EGIS Villes et Transports/Ernest & Young et Associés/Orrick, Herrington & Stuccliffe Consultant qui a déjà produit deux rapports», a ajouté M. Diédhiou. C’est dans ce cadre une rencontre régionale, regroupant plus d’une centaine de personnes dans un hôtel de la place, s’est tenue ce mercredi matin, sous la conduite du Gouverneur de région et dans la Commune de Kafountine pour restituer, partager et valider lesdits rapports. «La tenue de l’atelier de Ziguinchor s’explique par la nécessité de veiller à la cohérence des orientations de l’étude en cours avec la politique de développement socio-économique et d’aménagement territorial de la région, tandis que la session au niveau communal permettra de renforcer la coordination avec les acteurs de base et de prendre en compte les préoccupations socio-culturelles des populations», a conclu Mamadou Diédhiou

IGFM 



source: sentv.info

A voir aussi