Maroc: Relance économique en 2021 ... Les trois grandes priorités , selon la BERD

  • 18 novembre 2020 / Actualité / 81 / Fares RAHAHLIA


Maroc:            Relance économique en 2021 ... Les trois grandes priorités , selon la BERD

En raison de la pandémie du Covid-19, l'économie marocaine devrait se contracter de 5% en 2020, avant de rebondir à 3,5% de croissance en 2021.
Dans le nouveau rapport de transition 2020-2021 « The State Strikes Back » (L'Etat contreattaque), la BERD (Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement) souligne qu'à cause de la crise du Coronavirus et des mesures prises face à cette pandémie, l'économie nationale n'échappera pas à la récession. Déjà au deuxième trimestre 2020, la croissance s'est contractée de 13,8%.
De façon générale, la Banque indique que le confinement généralisé a eu des conséquences désastreuses sur des secteurs clés comme le commerce de détail, le tourisme, les restaurants et la construction. Sauf pour le secteur agricole, dont la contre-performance est plutôt due à la sécheresse.
Autre conséquences fatales du confinement : aggravation du taux de chômage pour atteindre 12,3% au deuxième trimestre de 2020. A l'inverse, l'inflation annuelle est restée faible à 0,6% en moyenne au terme des neufs premiers mois de 2020 en raison d'une baisse des prix des aliments et des transports.
Chute des recettes touristiques et des envois de fonds de MRE
Par contre, le déficit budgétaire se creuse, reflétant les retombées de la crise du Coronavirus. Il devrait atteindre 7,8% du PIB en 2020, contre 4,1% en 2019.
Les recettes non fiscales diminuent, conséquence de la perturbation de l'activité économique due au verrouillage dans des secteurs clés. Pendant ce temps, les plans de relance budgétaire augmentent les dépenses, bien que les mesures aient été financées par des dons. De plus, la dette publique devrait augmenter à 75% du PIB à la fin de 2020.
Les autres effets économiques les plus négatifs du Covid-19 sont une chute drastique des recettes touristiques, des exportations et des transferts de fonds des Marocains Résidant à l'Etranger (MRE). Néanmoins, les réserves en devises ont augmenté pour atteindre 32,0 milliards de dollars en octobre 2020, couvrant plus de 10 mois d'importations. « S'appuyant sur ses importantes réserves, qui assurent la stabilité du taux de change, Bank Al-Maghrib (la banque centrale) a élargi la marge de fluctuation du dirham en mars 2020 de +/- 2,5% à +/- 5% et la réduction des taux d'intérêt de 75% au total points en mars et juin 2020 en réponse à la crise du Covid-19 », ajoute la même source.


source: L'Economiste

A voir aussi