Maroc: Le phosphate est d' une importance stratégique pour le Brésil

  • 11 septembre 2020 / Actualité / 292 / Fares RAHAHLIA


Maroc:         Le phosphate  est d' une importance stratégique pour le Brésil

Le phosphate marocain est d'une importance stratégique pour le Brésil, un pays à grande vocation agricole qui aspire à booster sa production dansles années à venir, ont souligné les intervenants à un webinaire organisé mercredi sur le thème "Maroc-Brésil : l'agro-industrie connecte les continents".
Les conférenciers ont indiqué que les échanges commerciaux entre le Maroc et le Brésil, qui connaissent déjà une dynamique accrue ces dernières années, devront être hissés davantage au niveau desstratégies amorcées dans les deux pays pour franchir de nouveaux paliers en termes de développement qualitatif et quantitatif de leurs secteurs agricoles respectifs, rapporte la MAP.
Intervenant lors de ce séminaire, initié par la Chambre de commerce arabo-brésilienne, le directeur exécutif d'OCP-Brésil, Olavio Takenaka, a affirmé que le Brésil dispose de plusieurs atouts qui augurent d'un développement encore plussoutenu de son agriculture : vastesterres agricoles, plus de 100 millions d'hectares transformables, une forte utilisation de la technologie, une grande capacité technique et un immense savoir-faire, outre l'abondance des ressources en eau.
Le vaste pays sud-américain est ainsi devenu ces 10 dernières années un des plus grands exportateurs de produits agricoles au monde pour des exportations de 100 milliards de dollars par an, a-t-il fait observer.
Or, le sol brésilien présente une certaine déficience en phosphore et matières organiques, comme dans l'Etat de Mato Grosso, a expliqué M. Takenaka, notant que le pays reste par conséquent dépendant des importations de fertilisants, dont il importe déjà 60% de ses besoins en phosphate, 90% en potassium et 70% en nitrogène.
Le pays sud-américain a d'autant plus besoin de fertilisants qu'il devrait enregistrer, selon la FAO, une croissance agricole de 40% d'ici à 2050 pour répondre aux besoins d'une population mondiale de 10 milliards d'habitants. Une demande à laquelle le Maroc, un fournisseur du Brésil depuis près de 30 ans, est bien placé pour répondre, a-t-il insisté.
Revenant sur les principaux projets de développement réalisés par l'OCP, M. Takenaka a affirmé que l'Office chérifien a pris une décision stratégique en 2010 en mettant en place une filiale à l'étranger, relevant qu'à partir de cette date, l'entreprise marocaine a créé une dizaine de succursales dans les principales régions agricoles brésiliennes qui passeront l'année prochaine à 15 filiales.


source: L'Economiste

A voir aussi