Maroc: La filière du piment à Mohammédia passe des méthodes traditionnelles à la gestion intégrée

  • 04 novembre 2020 / Actualité / 87 / Fares RAHAHLIA


Maroc:            La filière du piment à Mohammédia passe des méthodes traditionnelles à la gestion intégrée

n périphérie de la ville de Mohammédia et tout au long des vastes superficies qui constituent une bande verte, apparaissent des champs dédiés à la culture du piment, un légume qui a généré desrevenusimportants aux agriculteurs de la région, passant de simples producteurs à des contributeurs dans la chaîne de production de cette "plante verte" au niveau national. Dans une exploitation agricole située dansla commune de Chalalate à 10 km de Mohammédia, le propriétaire B.C accompagné de l'un de ses fils, vient d'achever l'irrigation de champs réservés à la culture de légumes de saison, dont le piment, la plante pour laquelle la région et d'autres communes avoisinantessont célèbres et prisées par les grandes entreprises de distribution agricole. "C'est une terre agricole fertile que j'ai héritée de mon père, et mise en valeur dans les années soixante pour améliorer sa fertilité", a confié cet octogénaire dans une déclaration à la MAP, ajoutant que la nécessité de diversifier le revenu "nous a imposé de varier lestypes de production afin de suivre le rythme des besoins du marché, et valoriser un certain nombre de nouveaux produits agricoles". Selon lui, la culture du piment dans la région ne revêtait pas une grande importance dans le passé comme c'est le cas actuellement, en raison de l'avidité des courtiers et des spéculateurs "qui achetaient tout ce que nous produisions à des prix bas qui ne répondaient pas à nos besoins et ne couvraient même pasle coût de production". En plus de cette situation, rappelle-t-il, la culture de ce légume était basée sur des méthodes de commercialisation traditionnelles, mais aujourd'hui, les choses ont évolué positivement surtout après l'intérêt croissant accordé à cette "plante verte" qui couvre de grandes superficies et se trouve présente dans les marchés commerciaux. Et d'ajouter qu'après la mise en place en 2011 d'une coopérative qui s'occupe de la valorisation des récoltes, ce légume joue un rôle essentiel dans les chaînes de production agricole au niveau de la région, contribuant ainsi à générer desrevenusstables au profit des agriculteurs ainsi que des opportunités d'emploi permanent pour les ouvriers agricoles. En réalité, la création d'une coopérative a eu un impact positif en ce sens que les agriculteurs de la région accordent de plus en plus d'intérêt à la culture du piment, d'autant plus que la zone d'"Oued Al Maleh" est réputée poursa fertilité qui contribue à la production d'une grande quantité de cette variété de poivron connu par ses nombreuses spécificités par rapport à d'autres variétés de piment cultivés dans d'autresrégions du Maroc. L'intégration des agriculteurs et la collecte des récoltes dans le cadre d'une même coopérative ont contribué à la modernisation du processus de commercialisation des produits à base de piment, en suivant des méthodes modernes qui rompent complètement avec les formes traditionnelles de distribution utilisées auparavant, note poursa partA.R, un autre agriculteur de la région. Dans le passé, les agriculteurs de la région trouvaient des difficultés énormes à commercialiserle produit, surtout avec la présence de courtiers dans le marché qui n'hésitaient pas à contrôler les prix, et cette situation créait à l'époque aux petits agriculteurs de grands problèmes liés notamment à la faiblesse des rendements et au coût élevé de production.


source: Aujourd'hui le Maroc

A voir aussi