Maroc: La digitalisation, un levier clé pour une montée en gamme de l'industrie agroalimentaire

  • 26 octobre 2020 / Actualité / 121 / Fares RAHAHLIA


Maroc:            La digitalisation, un levier clé pour une montée en gamme de l'industrie agroalimentaire

La digitalisation constitue un levier clé pour les opérateurs nationaux de l'agroalimentaire afin de monter en gamme et pouvoir conquérir de nouveaux marchés à l'export, a souligné, récemment, le directeur général de l'industrie au ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Economie verte et numérique, Ali Seddiki. Considéré comme un vecteur majeur de l'amélioration de la performance des facteurs de production, la digitalisation devient de plus en plus prépondérante dans les industries agroalimentaires dont les clients notamment issus de l'Union européenne exigent des normes de qualité spécifiques, d'où la nécessité du recours aux outils digitaux pour satisfaire certains critères, a-t-il expliqué lors d'un webinaire traitant de la transformation digitale dans le secteur de l'agroalimentaire. Et d'insister "qu'il faut être équipé aujourd'hui" pour une meilleure conformité des produits aux différentes caractéristiques demandées, rappelant l'enjeu de la compétitivité pour le Maroc face à la concurrence, qui appelle à une utilisation accrue de la digitalisation et aux développement des compétences du capital humain, rapporte la MAP.
Au Maroc, il y a des industriels qui ont déjà pris part à cette vague, notamment les secteurs tournés vers l'export qui ont dû s'appuyer sur l'outil digital pour gagner en productivité et s'aligner sur les exigences de leurs clients, a-t-il fait savoir, notant que la digitalisation arrive même dans des secteurs qui était moins prédestinés à opérer ce changement en termes d'organisation, à l'instar du textile, où la tendance de "Fast Fashion" qui connecte les producteurs locaux et les grandes centrales d'achat est installée. Par ailleurs, M. Seddiki a affirmé la volonté du ministère pour encourager le développement de la digitalisation dans l'industrie, rappelant la mise en place du programme Mowakaba porté par Maroc PME pour accompagner les PME industrielles dans la modernisation de leur outil digital. Il a également évoqué l'action de l'Agence de développement du digital (ADD) qui constitue un partenaire de l'industrie dans l'accompagnement pédagogique en termes de digitalisation, mettant en avant le projet de lancement des usines écoles 4.0 qui permettra aux industriels de toucher de près aux outils digitaux y compris ceux opérant dans l'agroalimentaire.
Parlant de l'accessibilité à la digitalisation, le responsable a mis en avant la disponibilité des compétences au Maroc pour accompagner de tels processus, notant qu'il est possible de monter des lignes automatisées, intelligentes et dimensionnées qui correspondent aux besoins de divers opérateurs. Pour sa part, la représentante de l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) au Maroc, Hanan Hanzaz, a mis l'accent sur le dernier rapport sur le développement industriel, portant sur l'industrialisation à l'ère numérique, qui examine de manière empirique la validité de trois questions. Il s'agit d'une crainte fréquente qui concerne le fait que les rebots remplaceront les ouvriers des usines, de sorte que l'industrialisation ne créera pas le même nombre d'emplois que par le passé, a-t-elle relevé. La deuxième est que les pays avancés réoccuperont la production précédemment externalisée et la troisième est que le seuil minimum de compétences et de capacités requises pour rester compétitifs dans le secteur manufacturier sera tellement élevé qu'il exclura la plupart des pays de la prochaine phase de la production manufacturière, a-t-elle ajouté.


source: Libération

A voir aussi