Maroc: L'AEI zoome sur les enjeux de l'habitat

  • 18 décembre 2020 / Actualité / 97 / Fares RAHAHLIA


Maroc:            L'AEI zoome sur les enjeux de l'habitat

Dans le cadre de son cycle de webinaires thématiques, l'Alliance des Economistes Istiqlaliens (AEI) a organisé une conférence pour trouver des solutions aux défaillances dont souffre le secteur de l'habitat.
Le webinaire, tenu le mardi 15 décembre, a été pour les panélistes une occasion de proposer des pistes de réflexion et des mesures concrètes, à même de relancer le secteur de l'habitat, qui se profile comme « un moteur de la croissance économique et de la création d'emploi », et qui constitue plus de 14% du Produit Intérieur Brut (PIB) et assure près d'un million d'emplois. Un secteur en crise, vu l'arrêt de 90% des chantiers de construction.
De quel habitat a-t-on besoin pour demain ? Quelle stratégie d'aménagement du territoire et d'urbanisme devons-nous appliquer pour améliorer l'offre immobilière ? Comment relancer le secteur, tenant compte des enjeux de renforcement de la souveraineté nationale, de la structuration des opérateurs et de la préservation des emplois inhérents? Ce sont là des questions phares qu'a relevé Al-Amine Nejjar, consultant, expert en immobilier et vice- président de l'AEI, dans son intervention lors du webinaire.
Changer de paradigme
La lancée positive qu'a connue le secteur pendant plusieurs années vit aujourd'hui un revers d'activité, a avancé Youssef Iben Mansour, ex-président de la Fédération Nationale des Promoteurs Immobiliers (FNPI). Le succès qu'enregistrait le secteur, ajoutet-il, s'explique par une approche quantitative qui visait à combler l'insuffisance en logement.
La donne a néanmoins changé, et les acteurs de l'habitat doivent tenir compte de l'évolution de la société, notamment le mode de vie contemporain des Marocains et la constitution de la famille qui a considérablement changé. La modernisation du secteur se heurte, selon Iben Mansour, à un urbanisme qui n'a pas évolué, régi par des circulaires qui datent de 1992. « Si on devait penser à un habitat de demain et aborder cet habitat d'une manière différente, modernisée, il va falloir revoir la réglementation », explique-t-il.
Des pistes d'amélioration pour le logement social
Concernant le logement social, les réflexions des panélistes de l'AEI se sont articulées autour des moyens d'améliorer la qualité de ce type d'habitat. A ce titre, ils se sont accordé sur l'importance d'intégrer les aspects de mobilité (transport) et de divertissement (espaces de jeux dans les ensembles immobiliers) dans la construction du logement social. Ils ont également abordé la nécessité d'adopter une approche régionalisée, du fait que la côte atlantique est suffisamment pourvue en logements sociaux.
Une attention particulière pour la classe moyenne
Le marché du logement ne pourvoit aucune offre à destination de la classe moyenne qui souffre de la détérioration de son pouvoir d'achat à cause des conséquences de la pandémie.


source: Aujourd'hui le Maroc

A voir aussi