Maroc:Impacts sociaux et économiques des titres-restaurant : L’Asmets auditionnée par l’OCDE



Maroc:Impacts sociaux et économiques des titres-restaurant : L’Asmets auditionnée par l’OCDE

Les titres-restaurant sont introduits au niveau national sous la dénomination de «Bon Repas», et ce depuis 2013.

Examiner les impacts sociaux et économiques des titres-restaurant à travers le monde est la question sur laquelle articulera l’OCDE sa prochaine étude. L’Association marocaine des émetteurs de titres de services (Asmets) contribuera à ce travail international. L’organisme déclare être auditionné par l’organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). «L‘Asmets a pu échanger avec l’OCDE sur sa vision des titres sociaux, en particulier le système des Bons Repas au Royaume du Maroc, en vue des recommandations à élaborer dans le cadre du rapport OCDE sur ce sujet», apprend-on de l’Association.

Le Maroc figure parmi les 7 pays choisis pour des missions de terrain approfondies et ce aux côtés de la Belgique, du Brésil, de la France, du Mexique, de la Roumanie et de la République Tchèque. Les experts de l’OCDE ont échangé à cet effet avec différents acteurs du secteur au niveau national, en l’occurrence départements ministériels, administrations de contrôle, représentants des employeurs qui financent  les titres pour leurs salariés dans le cadre du dialogue social et représentants des salariés qui reçoivent et utilisent les «Bons Repas» pour régler leurs déjeuners.

En effet, les titres-restaurant sont introduits au niveau national sous la dénomination de «Bon Repas», et ce depuis 2013.

Cette introduction est venue répondre à un besoin social, à savoir la restauration des salariés pendant leur journée de travail. Une alternative offerte aux entreprises ne pouvant pas mettre en place des restaurants dans leurs locaux. Ces titres sont octroyés par les employeurs de manière égalitaire et donnent accès aux salariés à un réseau de commerces dédiés à l’achat de produits alimentaires ou de prestations de restauration. Dans une perspective de croissance inclusive, l’étude de l’OCDE s’attachera, ainsi, à mettre en avant les impacts économiques et sociaux de ces titres sur le développement local et la lutte contre l’économie informelle.



source: AUJOURD'HUI LE MAROC

A voir aussi