Algérie:Une LFC en cours d'élaboration Financement des actions urgentes et prioritaires



Algérie:Une LFC en cours d'élaboration Financement des actions urgentes et prioritaires

Une Loi de finances complémentaire (LFC) pour l'exercice 2020, destinée à dégager les financements nécessaires aux actions urgentes et prioritaires, est en cours de préparation, a annoncé le Premier ministre, Abdelaziz Djerad.
Une Loi de finances complémentaire (LFC) pour l'exercice 2020, destinée à dégager les financements nécessaires aux actions urgentes et prioritaires, est en cours de préparation, a annoncé le Premier ministre, Abdelaziz Djerad.
"Le gouvernement est en train de préparer La loi de finances complémentaire pour 2020, afin de dégager les financements nécessaires aux actions urgentes et prioritaires", a déclaré M. Djerad, dans un entretien accordé à l'APS, en marge de la cérémonie d'installation du nouveau président du Conseil national économique et socia (CNES), tenue lundi à Alger. Concernant les nouvelles dispositions du Projet de la loi de finances complémentaire (PLFC 2020), le Premier ministre a expliqué, que ce nouveau texte prévoyait, notamment, l'annulation des mesures "discriminatoires" contenues dans la LF 2020. En outre, le gouvernement compte, selon M. Djerad, introduire dans le PLFC 2020, des mesures fiscales incitatives au profit des entreprises, ainsi que les mesures légales de base nécessaires à l'assainissement et à l'amélioration du climat des affaires, et à la relance de l'investissement.
Maintien des engagements de l'Etat en dépit de la chute du pétrole
A une question sur les conséquences de la baisse des prix du pétrole sur les politiques du développement prônées par legouvernement, le Premier ministre a rassuré que l'Etat compte maintenir ses engagements en matière de financement de développement, malgré l'impact del'épidémie de coronavirus sur les prix de pétrole, tout en adoptant une gestion "prudente" des finances publiques. "Face aux incertitudes qui pèsent sur les perspectives économiques dans le monde, en raison de l'épidémie du coronavirus et de la baisse des prix du pétrole, le gouvernement s'attèle à gérer d'une manière prudentielle et rationnelle, les finances du pays avec, comme priorité, le maintien de l'engagement de l'Etat dans le financement du développement", a affirmé M. Djerad. Selon le Premier ministre, cette vision constitue le cadre de référence opérationnel de la mise en oeuvre par le gouvernement de son plan d'action, pour faire face à la baisse des prix du pétrole, à travers la réduction du gaspillage des ressources, la rationalisation des dépenses de fonctionnement et d'équipement, et la promotion de manière soutenue d'une économie diversifiée, développant davantage l'économie réelle et son moteur, l'entreprise nationale, créatrice de richesses.
M. Djerad a noté, dans ce cadre, que la conjoncture connaît depuis plusieurs semaines, une "forte dégradation" en rapport avec l'évolution de la situation liée au coronavirus. "Cette situation impacte négativement nos ressources en devises, et accentue les contraintes budgétaires déjà pressantes, ce qui nous interpelle pour l'adoption de mesures à caractère conjoncturel et structurel en vue d'aboutir au redressement de la situation financière", a-t-il expliqué. Ces mesures devront permettre la consolidation des réserves de change, en freinant le rythme de leur détérioration et de dynamiser la croissance économique, en favorisant l'investissement à forte valeur ajoutée, de nature à améliorer la situation de la balance des paiements, a souligné le Premier ministre. "Le retour progressif aux équilibres macro économiques doit constituer également un objectif permanent, en rationalisant les dépenses publiques, en ciblant les politiques de subvention et en éliminant les sources de gaspillage et les dépenses sans impact significatif sur l'amélioration du cadre de vie de nos populations", a-t-il soutenu.
Djerad appelle à la mobilisation
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a appelé également, à la mobilisation de toutes les parties pour sortir de la "crise multidimensionnelle" que connait le pays, à travers une participation "plus active" du mouvement populaire, principalement, dans la lourde tâche de construction de l'Etat rénové.
"Devant l'ampleur de la tâche et des défis de l'heure, ainsi que devant la gravité de la situation économique et sociale actuelle du pays, il est attendu la mobilisation de toutes les parties pour sortir de cette crise multidimensionnelle, à travers une participation plus active du mouvement populaire principalement, dans la lourde tâche de construction de l'Etat rénové, auquel aspirent tous les enfants de notre pays, car l'Algérie appartient à tous ses enfants", a indiqué M.Djerad, dans un entretien à l'APS en marge de la cérémonie d'installation de M. Reda Tir, nouveau président du Conseil national économique et social (CNES). Le Premier ministre a estimé, dans ce sens, qu'il serait "plus sage d'atténuer la tendance revendicative et l'occupation excessive de la voie publique, qui ne fait qu'aggraver davantage la situation actuelle, sans apporter de solutions concrètes aux différents problèmes auxquels font face les citoyens et citoyennes", rappelant que le président de la République, M.Abdelmadjid Tebboune, "s'est engagé à asseoir un processus d'édification de la nouvelle République, sous une matrice constitutionnelle qui consacre une transparence des élections, une réelle démocratie participative, une société civile forte, une classe politique représentative et une presse libre et responsable".
"La sagesse, la compréhension et la mobilisation des forces vives de la nation, est la seule voie qui permettrait une solution apaisée en vue d'assurer une sortie d'une crise politique, économique et sociale, sans précédent, et écarter toutes les manipulations avérées, qui ne sauraient diviser les enfants de ce pays, ni attenter à la cohésion nationale du peuple algérien", a-t-il soutenu. Le Premier ministre a rappelé également, que le mouvement populaire du 22 Février 2019 "a amorcé un processus irréversible de construction d'une Algérie nouvelle, en rupture avec le système et les pratiques passées", ajoutant que le gouvernement, nommé par le président Tebboune "a inscrit son action dans le prolongement des revendications de ce Hirak à l'action salvatrice, grâce à l'accompagnement et la protection de l'Armée nationale populaire et des services de sécurité".
"Le gouvernement est en train de préparer La loi de finances complémentaire pour 2020, afin de dégager les financements nécessaires aux actions urgentes et prioritaires", a déclaré M. Djerad, dans un entretien accordé à l'APS, en marge de la cérémonie d'installation du nouveau président du Conseil national économique et socia (CNES), tenue lundi à Alger. Concernant les nouvelles dispositions du Projet de la loi de finances complémentaire (PLFC 2020), le Premier ministre a expliqué, que ce nouveau texte prévoyait, notamment, l'annulation des mesures "discriminatoires" contenues dans la LF 2020. En outre, le gouvernement compte, selon M. Djerad, introduire dans le PLFC 2020, des mesures fiscales incitatives au profit des entreprises, ainsi que les mesures légales de base nécessaires à l'assainissement et à l'amélioration du climat des affaires, et à la relance de l'investissement.
Maintien des engagements de l'Etat en dépit de la chute du pétrole
A une question sur les conséquences de la baisse des prix du pétrole sur les politiques du développement prônées par legouvernement, le Premier ministre a rassuré que l'Etat compte maintenir ses engagements en matière de financement de développement, malgré l'impact del'épidémie de coronavirus sur les prix de pétrole, tout en adoptant une gestion "prudente" des finances publiques. "Face aux incertitudes qui pèsent sur les perspectives économiques dans le monde, en raison de l'épidémie du coronavirus et de la baisse des prix du pétrole, le gouvernement s'attèle à gérer d'une manière prudentielle et rationnelle, les finances du pays avec, comme priorité, le maintien de l'engagement de l'Etat dans le financement du développement", a affirmé M. Djerad. Selon le Premier ministre, cette vision constitue le cadre de référence opérationnel de la mise en oeuvre par le gouvernement de son plan d'action, pour faire face à la baisse des prix du pétrole, à travers la réduction du gaspillage des ressources, la rationalisation des dépenses de fonctionnement et d'équipement, et la promotion de manière soutenue d'une économie diversifiée, développant davantage l'économie réelle et son moteur, l'entreprise nationale, créatrice de richesses.
M. Djerad a noté, dans ce cadre, que la conjoncture connaît depuis plusieurs semaines, une "forte dégradation" en rapport avec l'évolution de la situation liée au coronavirus. "Cette situation impacte négativement nos ressources en devises, et accentue les contraintes budgétaires déjà pressantes, ce qui nous interpelle pour l'adoption de mesures à caractère conjoncturel et structurel en vue d'aboutir au redressement de la situation financière", a-t-il expliqué. Ces mesures devront permettre la consolidation des réserves de change, en freinant le rythme de leur détérioration et de dynamiser la croissance économique, en favorisant l'investissement à forte valeur ajoutée, de nature à améliorer la situation de la balance des paiements, a souligné le Premier ministre. "Le retour progressif aux équilibres macro économiques doit constituer également un objectif permanent, en rationalisant les dépenses publiques, en ciblant les politiques de subvention et en éliminant les sources de gaspillage et les dépenses sans impact significatif sur l'amélioration du cadre de vie de nos populations", a-t-il soutenu.
Djerad appelle à la mobilisation
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a appelé également, à la mobilisation de toutes les parties pour sortir de la "crise multidimensionnelle" que connait le pays, à travers une participation "plus active" du mouvement populaire, principalement, dans la lourde tâche de construction de l'Etat rénové.
"Devant l'ampleur de la tâche et des défis de l'heure, ainsi que devant la gravité de la situation économique et sociale actuelle du pays, il est attendu la mobilisation de toutes les parties pour sortir de cette crise multidimensionnelle, à travers une participation plus active du mouvement populaire principalement, dans la lourde tâche de construction de l'Etat rénové, auquel aspirent tous les enfants de notre pays, car l'Algérie appartient à tous ses enfants", a indiqué M.Djerad, dans un entretien à l'APS en marge de la cérémonie d'installation de M. Reda Tir, nouveau président du Conseil national économique et social (CNES). Le Premier ministre a estimé, dans ce sens, qu'il serait "plus sage d'atténuer la tendance revendicative et l'occupation excessive de la voie publique, qui ne fait qu'aggraver davantage la situation actuelle, sans apporter de solutions concrètes aux différents problèmes auxquels font face les citoyens et citoyennes", rappelant que le président de la République, M.Abdelmadjid Tebboune, "s'est engagé à asseoir un processus d'édification de la nouvelle République, sous une matrice constitutionnelle qui consacre une transparence des élections, une réelle démocratie participative, une société civile forte, une classe politique représentative et une presse libre et responsable".
"La sagesse, la compréhension et la mobilisation des forces vives de la nation, est la seule voie qui permettrait une solution apaisée en vue d'assurer une sortie d'une crise politique, économique et sociale, sans précédent, et écarter toutes les manipulations avérées, qui ne sauraient diviser les enfants de ce pays, ni attenter à la cohésion nationale du peuple algérien", a-t-il soutenu. Le Premier ministre a rappelé également, que le mouvement populaire du 22 Février 2019 "a amorcé un processus irréversible de construction d'une Algérie nouvelle, en rupture avec le système et les pratiques passées", ajoutant que le gouvernement, nommé par le président Tebboune "a inscrit son action dans le prolongement des revendications de ce Hirak à l'action salvatrice, grâce à l'accompagnement et la protection de l'Armée nationale populaire et des services de sécurité".


source: Le Midi Libre

A voir aussi