Algérie:Projet Desertec ; Sonelgaz a entamé des concertations avec la partie allemande



Algérie:Projet Desertec ; Sonelgaz a entamé des concertations avec la partie allemande

Des concertations en cours avec la partie en charge de l’initiative allemande « Desertec » pour le lancement des projets de centrales solaires, a fait savoir, jeudi à Alger, le ministre de l’énergie, Mohamed Arkab.

La Sonelgaz a effectivement entamé les concertations avec la partie allemande sur les projets de centrales solaires, y compris les aspects opérationnel et juridique, a précisé le ministre  qui a été auditionné par la Commission des Finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) dans le cadre de l’examen du projet de loi de règlement budgétaire pour l’exercice 2017, selon le compte-rendu de l’agence officielle.

En avril dernier, la Sonelgaz avait signé avec l’initiative « Desertec » un mémorandum d’entente pour élaborer une vision commune de coopération entre les deux parties. La première étape de cette coopération comprend des études techniques détaillées des capacités de l’Algérie en énergie solaire, outre la formation et la qualification de spécialistes algériens dans ce domaine.

L’initiative « Desertec » s’inscrira dans le cadre de la mis en œuvre de la stratégie nationale de transfert énergétique de l’Algérie, ajoute le ministre.

L’OPEP a besoin d’affirmer sa crédibilité sur le marché pétrolier

Le comité interministériel de suivi de l’OPEP qui se réuni jeudi examinera les niveaux d’engagement de chaque partie quant à l’accord de baisse de la production et définira les difficultés auxquelles font face les pays n’ayant pas respecté pleinement leur engagement, a indiqué Arkab dans une déclaration à la presse au terme de l’audition.

Il a ajouté que les résultats de l’accord du 6 juin étaient « satisfaisants », toutefois l’OPEP a besoin d’affirmer la crédibilité de son accord sur les marchés pétroliers. Les cours du pétrole demeurent instables, a-t-il fait observer, ajoutant que l’Algérie met en garde ses partenaires dans cet accord que la crise n’est encore pas finie et que l’excédent sur le marché reste élevé.


source: Algérie eco

A voir aussi