Algérie- PLF 2019: Plus de 265 milliards de DA affectés au secteur de l'agriculture



Algérie- PLF 2019: Plus de 265 milliards de DA affectés au secteur de l'agriculture

Le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a fait savoir, lundi à Alger, que l'enveloppe budgétaire consacrée à son secteur, dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) 2019, s'élevait à 265,067 milliards DA. 
Le budget équipement a bénéficié d'une enveloppe s'élevant à 3,972 milliards DA portant sur les autorisations de programmes, tandis qu'une enveloppe de 235,295 milliards DA a été affectée au budget fonctionnement, outre 25,800 milliards DA aux fonds d'Etat, a indiqué le ministre devant la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), lors d'une réunion présidée par Toufik Torche, en présence du ministre des Relations avec le parlement, Mahdjoub Bedda. 
Pour ce qui est du budget équipement alloué au nouveau programme de gestion centralisé du ministère, une enveloppe budgétaire s'élevant à 21,536 millions Da a été consacrée aux projets d'agriculture au profit des parcs nationaux, réserves de chasse et forêts, en vue de l'acquisition de 3.000 unités de tenues résistantes aux flammes, outils et moyens spéciaux de prévention des feux de forêts. 
Le ministre a rappelé, à ce propos, que son secteur contribuait à hauteur de 12,3 % au PIB, outre sa participation à l'intégration de milliers de jeunes chômeurs et la création des PME dans le cadre du soutien aux exploitations agricoles. 
M. Bouazghi a relevé que la croissance enregistrée dans le secteur au cours de la campagne agricole 2018, avait connu une augmentation de l'ordre de 3,25 %, tandis que la valeur de la production s'est élevée, quant à elle, à 3.216,5 milliards DA. 
La production des filières agricoles a connu, poursuit le ministre, une hausse sensible en 2018, avec une production céréalière de 60.5 millions de quintaux, tandis que la production des légumineuses s'est établie à 1.4 million de quintaux. 
M. Bouazghi a également fait état d'une nette augmentation de la production dans le reste des filières, notamment le lait frais, avec une production estimée à 3.5 milliards de litres, la pomme de terre avec plus de 46 millions de quintaux et des viandes rouges avec plus de 5.4 millions de quintaux. 
La superficie des terres irriguées a atteint plus de 1,3 million hectares jusqu'à septembre 2018, a indiqué le ministre, rappelant la réalisation, le réaménagement et l'équipement des points d'eau sur une longueur de 14.555 mètres linéaires. 
Pour ce qui est du foncier agricole, M. Bouazgui a fait état de l'attribution de 180.639 actes de concession sur un total de 202.788 actes, dans le cadre de la conversion du droit de jouissance des terres relevant du domaine de l'Etat en droit de concession dont les propriétaires occupent une superficie de 2.115.195 hectares sur un total de 2.268.468 hectares. 
Evoquant la pêche et l'aquaculture, le ministre a précisé qu'entre 2000 et 2018, le secteur a renforcé ses infrastructures portuaires permettant, ainsi, l'augmentation de la capacité d'accueil des ports de pêche au nombre de 44 actuellement. 
La flotte de pêche a été également renforcée pour compter actuellement 5.500 navires, a indiqué le ministre, relevant que le quota de l'Algérie en thon rouge a été revu à la hausse en passant de 138 tonnes en 2010 à 1.306 tonnes en 2018. 
Le premier responsable du secteur a fait état de 63 actes de concession attribués pour la pêche au niveau des barrages. Quant à l'aménagement des forêts, M. Bouazgui a souligné que son secteur a recensé la réalisation de travaux et d'opérations d'assainissement sur une superficie de 386.720 hectares ainsi que l'ouverture et l'aménagement de 31.761 km de chemins forestiers. 
Concernant la prévention des incendies de forêts, le secteur s'est mobilisé pour l'amélioration de la prévention et de la lutte en renforçant les outils d'intervention, assurant les équipements de protection des agents forestiers et mettant en place une stratégie de sensibilisation en collaboration avec les secteurs concernés. 

Recul du budget alloué au secteur de la Poste et des télécommunications 
La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du numérique, Houda Imane Feraoun a indiqué, lundi à Alger, que le budget fonctionnement alloué à son secteur au titre de l'exercice 2019 a reculé de 1.38 % par rapport à la loi de Finances 2018. 
Intervenant devant la commission des Finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mme. Feraoun a précisé que le budget fonctionnement de son secteur "a gardé le même niveau", relevant que le PLF 2019 a prévu pour ce budget une enveloppe de 2.312.296,00 DA "en légère baisse (1,38%) par rapport à l'exercice 2018". 
La ministre a fait savoir, dans sa présentation, qu'aucune nouvelle opération d'équipement n'a été enregistrée, hormis deux opérations relatives aux infrastructures, tout en poursuivant la réalisation des projets inscrits au titre du programme en cours, à l'instar de la finalisation du tronçon restant du projet du câble maritime Alger-Oran-Valence. Pour ce qui est des deux infrastructures, il s'agit, pour la ministre, d'élaborer une étude pour la réalisation du "siège de l'autorité gouvernementale pour la certification électronique", et pour l'acquisition des équipements et logiciels nécessaires au fonctionnement de cette autorité, outre "la réhabilitation et la modernisation de l'Institut national de la poste, des technologies de l'information et de la communication". 
Deux mesures ont été proposées au volet législatif, il s'agit pour la première de l'octroi de concession sur les terrains situés à l'intérieur du périmètre des parcs technologiques, aux modalités de leur définition et de leur déclaration, et aux réductions du montant des loyers. 
L'amendement proposé vise, ainsi, à compléter le processus législatif des parcs technologiques, à l'instar du mode adopté en matière de gestion des zones industrielles et d'expansion touristiques, a indiqué la ministre, ajoutant que la législation souffrait d'"un vide juridique" en la matière. Le deuxième amendement proposé, porte quant à lui, sur l'introduction d'un article définissant les parcs technologiques et les modalités de leur déclaration à travers un listing de leurs sièges, de leurs superficies et de leurs limites. 
Cette proposition vise la réduction de montant des redevances locatives annuelles en ce qui concerne les projets se trouvant à l'intérieur du périmètre des parcs, afin de les rendre plus attractifs aux Petites et Moyennes Entreprises (PME), a expliqué Mme Feraoun. 
Cette mesure contribuera, en outre, a booster l'investissement et la création de postes d'emploi, et réduire partant, la fuite des cerveaux à l'étranger, a conclu Mme Feraoun.
 


source: LE MAGHREB

A voir aussi