Algérie: le projet de Naftal sur la reconversion d’un million de véhicules au GPL-c est sur la bonne voie

  • 07 décembre 2020 / Actualité / 87 / Emerging Africa


Algérie: le projet de Naftal sur la reconversion d’un million de véhicules au GPL-c est sur la bonne voie

L’Algérie est en passe de réaliser son objectif d’un million de véhicules au GPL-c d’ici 2023. Au mois de décembre 2019, le pays avait déjà converti 490 000 véhicules. L’Algérie compte plus de 150 centres de conversion et près de 800 stations-service proposant ce carburant peu polluant.

Naftal, l'entreprise publique algérienne de commercialisation et de distribution des produits pétroliers,  s’est fixé comme objectif de parvenir à un million de véhicules utilisant le gaz de pétrole liquéfié carburant (GPL-c) – connu sur le nom commercial « Sirghaz » – comme substitut aux essences à l’horizon 2023. A la même échéance, la filiale du groupe Sonatrach compte réaliser 1 000 stations de service capables de vendre du GPL. Selon le Commissariat aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (CEREFE), le programme est sur la « bonne voie ».

Dans son rapport annuel récemment publié, le CEREFE souligne que les dernières statistiques indiquent qu’il est déjà à moitié réalisé (490 000 kits de GPL-c installés à la fin 2019). Le GPL-c est un mélange de butane et de propane à des proportions normalisées, distribué en Algérie par Naftal depuis 1983. L’absence de plomb, de benzène et de soufre dans le « Sirghaz » en fait un carburant très peu polluant et économique.

Cependant, note le rapport, le taux annuel moyen de 90 000 conversions de véhicules au GPL-c mérite d’être significativement augmenté en ouvrant le secteur à plus d’installateurs agréés. En 2019, selon Naftal, le pays comptait près de 150 centres de conversion, ainsi que 796 stations-service commercialisant ce carburant.

En parallèle, le CEREFE recommande aussi à l’ Etat d’engager des moyens financiers conséquents pour la recherche et l’innovation dans le domaine de la mobilité électrique – un secteur d’avenir – au détriment de l’industrie automobile thermique. « Pour les dix prochaines années, il apparaît que la mobilité individuelle sera dominée par l’électrique. Il est par conséquent fortement recommandé d’éviter les investissements massifs dans l’industrie automobile thermique », indique le rapport.


source: agenceecofin.com

A voir aussi