Algérie:La création des entreprises de haute technologie: Rôle de l'expert-comptable



Algérie:La création des entreprises de haute technologie: Rôle de l'expert-comptable

Le rôle de l'expert-comptable dans le processus de création d'entreprise va bien au-delà de la mission traditionnelle pour laquelle nous sommes naturellement sollicités.
En effet, nous aurons, contrairement aux autres partenaires, la possibilité de suivre l'évolution du créateur dans toutes les phases de démarrage, puis de développement de son entreprise. Nous avons donc une action à mener dans le temps. De plus, notre travail d'expert-comptable nous permet, une fois le projet mis en œuvre, d'accompagner la vie de l'entreprise au travers de la quasi-totalité de ses composantes. La création d'entreprise est en train de devenir un enjeu majeur pour notre économie et, à ce titre, l'expert-comptable doit tenir son rôle dans la partie qui est sur le point de se jouer. Quand on explore ce sujet, on perçoit vite qu'un nouveau défit s'impose à lui en amont de la création d'entreprise. Sa mission serait donc d'identifier des projets qui pourraient exister et d'accompagner les porteurs de ces projets pendant leur période de réflexion précédent le «grand saut», cette période étant appelée incubation. L'incubation est au centre d'une réelle effervescence depuis quelques années. Lorsqu'un porteur de projet innovant, après avoir souvent passé de longs mois, voire de longues années, à concevoir, développer et tester son invention, souhaite créer son entreprise pour l‘exploiter, il doit se poser cette première question : existe-t-il un marché pour mon produit ?
En effet, pour permettre le développement d'une entreprise, donc à vocation lucrative, la rupture technologique doit être capable de susciter un intérêt économique. L'entrepreneur a alors pour rôle de transformer l'invention en un objet ayant un usage marchand. De plus, cette notion d'accès au marché sera le critère discriminant pour bénéficier d'un accompagnement, soit par des structures dédiées (ex: incubateurs...), soit par des financiers. En effet, les chargés d'affaires de ces organismes ont aujourd'hui pour rôle de déceler les projets ayant un fort potentiel économique pour les accompagner et les aider à trouver la rentabilité.
On peut donc distinguer 3 phases de développement pour ces projets technologiques :
• La phase «projet» qui va permettre de valider l'opportunité de créer l'entreprise,
• La phase «lancement» où le porteur de projet va devenir entrepreneur en créant sa structure d'exploitation,
•La phase «croissance» où l'innovation rencontre son marché et permet à l'entreprise de se développer.
En tant que partenaire privilégié de l'entreprise, l'expert-comptable aura un rôle important dans ces différentes phases. A travers les différentes missions qu'il lui est possible de réaliser et par son rôle de conseil, il pourra accompagner le dirigeant dans les choix successifs à opérer.
Les emplois de demain sont dans les nouvelles technologies : c'est dans ces nouvelles technologies que peuvent se créer rapidement les emplois qui disparaissent dans certains secteurs industriels traditionnels. Pour favoriser la création d'entreprises «high-tech», il faut transformer les générations de chercheurs, de cadres et de jeunes diplômés en créateurs d'entreprise. Pour ce faire, il faut, comme l'a dit le président de la République dans son discours d'investiture, «créer des incubateurs».
Les hautes technologies regroupent des activités relativement différentes, orientées principalement autour :
- des technologies de l'électron (électronique, micro-électronique, semi-conducteurs, informatique).
- de la biotechnologie.
- des technologies de communication (réseaux, nouveaux moyens de communication, multimédia , internet,…)
- du développement de logiciels.
A la création d'une société, le créateur est confronté à un nombre de décisions d'ordre juridique et fiscal qui peuvent conditionner l'avenir de la société et faciliter son développement ou, au contraire, le freiner. Ces décisions sont parfois d'autant plus difficiles à prendre que ni le créateur ni son entourage ne peuvent prévoir avec suffisamment de précision l'avenir de la société en création.
L'expert-comptable doit veiller à éclairer ces choix en insistant sur le danger de toute décision irréversible, ainsi que sur les coûts inutiles engendrés par de mauvaises décisions qu'il conviendra ensuite de corriger.
L'expert-comptable ne peut rester en dehors de ce mouvement, alors même que sa compétence lui permet de favoriser le succès d'entreprises de haute technologie en création.
En effet, il doit souvent rappeler que seule la mise en place des moyens permettant de relever les défis technologiques et commerciaux ne suffit pas à la réussite d'une entreprise de haute technologie. Il doit attirer l'attention sur le fait qu'une stratégie globale implique nécessairement des choix fiscaux et juridiques fondamentaux, la constitution d'une équipe financière et comptable compétente, souple et pouvant évoluer avec l'entreprise, ainsi que la mise en place d'une solide organisation comptable et de bon outils de gestion, en matière informatique et de ressources humaines.
Par ailleurs, l'expert-comptable peut participer à la réflexion sur le traitement des particularités des entreprises de haute technologie, parfois délaissées, peuvent contribuer significativement au succès du projet technologique. A titre d'exemple, la protection de la technologie développée et les décisions d'échange de cette technologie, par voie de licence ou de cession, font partie intégrante du challenge technologique, mais sont gouvernées par des règles juridiques parfois complexes. Le traitement comptable des dépenses de recherche et développement, souvent très significatives au regard de la structure de l'entreprise, peut avoir des conséquences non négligeables sur la présentation de la société aux tiers, ou sur la politique financière de l'entreprise.
Enfin l'expert-comptable peut conseiller et collaborer étroitement avec les dirigeants dans la mise en place des outils de gestion de la croissance, ex : (système d'information, procédures comptables et de gestion, stratégie de ressources humaines, mise en place d'une comptabilité analytique pour la détermination d'un prix de revient compétitif) et aussi dans la recherche de ressources de financement, axe stratégique de premier ordre pour assurer la pérennité de l'entreprise. A ce titre, le rôle de l'expert-comptable est d'essayer d'anticiper l'insuffisance en fonds propres, qui constitue un frein à la croissance des entreprises en proposant les sources de financement les plus adaptées.
*Expert-comptable et commissaire aux comptes Membre de l'académie des sciences et techniques financières et comptable, Paris


source: Le Quotidien d'Oran

A voir aussi