Algérie: Commission mixte algéro-émiratie, consolidation et élargissement de la coopération économique

  • 18 septembre 2018 / Actualité / 92 / Africa-Bi1


Algérie: Commission mixte algéro-émiratie, consolidation et élargissement de la coopération économique

ALGER- Les relations algéro-émiraties devront connaitre un nouvel élan à la faveur de la signature de plusieurs accords de coopération lors des travaux de la 14e session de la Commission mixte algéro-émiratie, prévues les 17 et 18 septembre à Alger.

Cette session permettra d'élargir la coopération dans plusieurs domaines et donnera lieu également à l'évaluation des relations économiques entre  les deux pays.

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel et le ministre de l'Economie des Emirats Arabes Unis (EAU), Soltan Ben Said El Mansouri coprésideront lundi (demain) les travaux de la 14e session  qui examinera les opportunité d'intensification et d'élargissement des relations bilatérales, au mieux des intérêts des deux pays frères, dans le cadre des orientations des présidents de deux Etats, Abdelaziz Bouteflika et Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nehyane.

L'Algérie et les EAU visent à porter la valeur de leurs investissements à près de 20 milliards de dollars à moyen terme, selon les responsables des deux pays, et fructifier les opportunités qui s'offrent aux deux pays dans le domaine de l'export, d'autant plus que l'Algérie peut être, pour les EAU, un pont vers l'Afrique et l'Europe et que les EAU peuvent être, pour l'Algérie, un pont vers les marchés d'Asie.

Plus de 200 entreprises algériennes activent aux EAU dans plusieurs secteurs, tels que les services, l'immobilier, le commerce, les transports, et la logistique, tandis que plus de 15 entreprises émiraties activent en Algérie, d'après les dernier chiffres fournis lors de la 13e session de la Haute commission mixte algéro-émiratie tenue à Abou Dhabi en 2016.

Les sociétés émiraties s'intéressent à plusieurs filières industrielles, essentiellement l'industrie mécanique, la sous-traitance dans le domaine automobile, les énergies renouvelables et l'industrie pharmaceutique.

Les hommes d'affaires des deux pays partagent le même point de vue de leurs gouvernement respectifs et s'emploient à collaborer ensemble pour concrétiser des projets gagnant-gagnant.

 ==Un rythme de coopération accéléré==

Les investissements algéros-émiratis ont connu, depuis 2014, une nouvelle orientation en direction des secteurs de l'industrie, la pharmacie, le transport, l'enseignement supérieur, l'énergie ...etc. Dans ce sens, plusieurs document juridiques ont été signés, en mai 2014, par les deux pays portant notamment sur un contrat de partenariat entre le groupe Saidal et l'entreprise Djefar dans le domaine de l'industrie pharmaceutique, un programme exécutif en matière de gestion d'archives pour les années 2014-2016, en sus d'un accord de coopération entre l'Agence de presse algérienne et son homologue émiratie, un mémorandum d'entente dans le secteur de la jeunesse et des sports et un autre portant sur l'équivalence des diplômes de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Le projet de la raffinerie d'aluminium sise à Béni Saf d'un montant de 5 milliards USD, le projet de production du lait à Tiaret et le projet de réalisation d'une station électrique (Hadjret El Nos 1200 mégawatts) d'un montant d'un milliard USD, sont la concrétisation de la nouvelle orientation des investissements émiratis en Algérie.


Par ailleurs, l'année 2017 a été marquée par une nouvelle dynamique de coopération dans le domaine de l'industrie et des mines, avec l'identification des principaux domaines d'intérêt commun, à savoir l'industrie mécanique, le traitement des déchets durs, la sous-traitance et l'industrie aluminium.


source: APS

A voir aussi